GREGORY CHOPLIN, LE VRAI « JEREMY » DANS FLIC OU CAILLERA !

Les Anges S’habillent En Caillera est l’histoire d’Illyès dit Le Marseillais et Stéphane Kabiri, le flic corrompu. Mon polar est animé ces deux personnages. Le premier est un voleur, addict à l’argent facile. Le second est un flic ripoux, dépendant à l’argent sale. Tous les deux veulent se retirer, cesser leurs activités mais le destin va les opposer et comme dirait l’autre « Il n’en restera qu’un ». Autour d’eux gravitent différents protagonistes qu’on retrouve dans les trois tomes.

Parmi la galerie de personnalités, Jeremy le boxeur occupe un rôle important dans Flic Ou Caillera, le nouveau volet de ma trilogie. Dans les trois romans, on évolue avec le boxeur métisse qui cherche sa voie entre ses potes à Saint Denis, trempés dans le crime et son sport, la boxe thaïlandaise qui finalement deviendra son métier. Si certains lecteurs ont souligné l’intensité de la scène (Les Anges S’habillent En Caillera) dans les vestiaires avant son championnat du monde, c’est parce que Jeremy Japin se nourrit d’un personnage existant : Grégory Choplin, un ami qui m’a largement inspiré à travers nos quotidiens et surtout le monde de la boxe. Ma rencontre avec Choplin date des années 90, par son frère aîné et sa démarche de caillera de seize piges dans la cité de Péri et s’est matérialisée en 2006 avant son premier titre mondial. J’ai vu le jeune Guépard grandir à Saint Denis et sur les rings. Ses combats à l’étranger et son premier titre en Hollande face à un champion qui ressortit avec les genoux brisés (véridique). Choplin détient une rage et a un parcours surprenant, c’est l’une des raisons qui a fait naître et exister ce personnage. Dans Flic Ou caillera, j’ai donné de la maturité à ce protagoniste et un autre point de vue. Jeremy a permis à d’autres boxeurs comme Samy San de s’identifier ou se retrouver à mes polars. Ces boxeurs, véritables gladiateurs des temps modernes sont souvent présents dans mes fresques romanesques car c’est aussi une vitrine pour ce sport que j’estime et ces combattants que je côtoie depuis des années, déterminés et pas exposés à leurs justes valeurs.  On dit souvent que « La Boxe c’est l’école de la vie » et je souligne le rapport boxeur et entraîneur avec Léon dans mes bouquins.

Grégory Choplin affronte ce vendredi 25 janvier Yodsanklai, un champion thaïlandais avec plus de 177 combats à son palmarès pour la nouvelle édition de Lion Fight. Le muay sera à son plus haut niveau demain soir  à Las Vegas et c’est la réalité qui dépasse la fiction puisque j’ai imaginé la même rencontre dans Les Anges S’habillent En Caillera. Choplin évolue aux États Unis et depuis trois ans et c’est Cheick Kongo, un autre combattant, qui l’a emmené. Une rencontre programmée  à Paris avec Mac Tyer et Faiza Guene m’empêche de me rendre au pays de l’oncle Sam mais je soutiens et suivrai l’événement en direct sur la chaîne américaine AXS TV.

Rachid Santaki

Flic Ou Caillera, Éditions Du Masque, 15 €, 1er mars 2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *